Elle marche la main sur le cœur
A l’heure où toutes vos lois tombent
A l’heure où ta ville s’effondre
Sûr qu’elle s’en va vers la douceur

Elle fuit l’orage doucement
Sans en parler, comme en dansant
Elle glisse au-dessus du volcan
Sûr qu’elle sera là dans pas longtemps

Le soir elle peigne ses cheveux
Devant le grand feu
Elle me raconte sa bataille
Elle dit que la Terre est malade
Et que je reste si je veux

Elle parle jamais du bonheur
Elle sait que ça me ferait peur
Elle connaît mon chagrin d’avant
Sûr qu’elle n’en sourit pas vraiment

Elle parle en bleu obstinément
Même de la pluie sur ses printemps
Si elle voyage de temps en temps
C’est entre les secrets du temps

Elle marche la main sur le cœur
A l’heure où toutes vos lois tombent
A l’heure où ta ville s’effondre
Sûr qu’elle s’en va vers la douceur